Retour sur un article intéressant pour notre profession !

"Le 1er janvier dernier a marqué pour le prix des polymères le début d’une nouvelle année. Celle-ci sera sans doute pleine de rebondissements pour le marché européen des matières plastiques. Une chose est sûre : certains phénomènes observés en 2018 perdureront en 2019 et des tendances aujourd’hui naissantes finiront par s’imposer.

2018 fut une année fascinante pour les acheteurs de polymères, et pas toujours dans le bon sens du terme. Guerre commerciale, crise du PA 6.6, sécheresse catastrophique du Rhin et la guerre contre les emballages plastiques à usage unique ont tous fait les gros titres de la presse spécialisée.

 

 

L’été 2018 a été marquée par une importante sécheresse de la région rhénane qui a provoqué l'asséchement du Rhin. Le fleuve constitue un élément clé des approvisionnements européens en polymères et son avenir est donc capital pour la filière.

Si les pluies sont enfin revenues en décembre dernier et se sont avérées suffisantes pour permettre aux barges et aux péniches de circuler à nouveau, il est fort probable que la situation dégénère d’ici quelques mois. 

S’il est peu envisageable que le niveau de l’eau dépasse 640 centimètres au passage de Kaub, soit la hauteur à partir de laquelle les navires de transport de marchandises ne sont plus autorisés à circuler, on peut craindre qu’il ne commence à s’abaisser dès le printemps.

Les pétrochimistes qui dépendent du Rhin risquent donc d’être confrontés aux mêmes problèmes que l’année passée. Pour les plasturgistes, cela pourrait se traduire par une hausse des coûts associés aux livraisons : la réduction de l’offre en transports fluviaux entraînera forcément une augmentation des prix pratiqués, et les fournisseurs devraient logiquement chercher à la reporter sur leurs clients en aval. Il faudra également s’attendre à des délais de livraison, parfois de plusieurs semaines, pour les matériaux produits dans la région rhénane."

Source : https://www.allize-plasturgie.org/economie/polymeres-les-grandes-tendances-de-prix-du-plastique-pour-2019

Date : 7 janvier 2019

Auteur : Alizée Plasturgie

Formation : la Fédération de la plasturgie remet son livre Blanc au gouvernement

C’est à l’occasion du Grand rendez-vous Emploi Formation, organisé le 28 avril dernier par la Fédération de la plasturgie et des composites, que Florence Poivey, présidente de l’organisme professionnel a remis à Clotilde Valter, secrétaire d’Etat chargée de la Formation professionnelle et de l’apprentissage, le livre Blanc de l’initiative "la Fabrique à Talents". Ce processus, engagé par la fédération il y a maintenant deux ans, a pour objectif de mieux appréhender les transformations industrielles de la profession, de définir les nouvelles compétences requises et les moyens d’adapter la formation. Le Livre Blanc synthétise le fruit des réflexions des différents groupes de travail engagés de cette démarche, avec pour horizon, des résultats concrets dès 2030. "Lors de nos premières réunions, en 2014, nous avons identifié qu’une stratégie de formation efficace correspond à un cycle d’environ quinze ans", nous confiait en 2013 Florence Bonnet-Touré, déléguée générale adjointe de la fédération, "Cinq ans pour construire le contenu des formations, cinq ans pour former les jeunes et cinq ans pour leur insertion dans l’entreprise."

Un enjeu majeur. Pour Florence Poivey, la question de la formation se situe au centre du renouveau industriel : "La formation est au coeur de la compétitivité", a-t-elle déclaré lors du rendez-vous Emploi Formation. "Entreprises et éducation se rencontrent pour faire bouger les lignes, c’est une volonté très forte de faire évoluer la profession." En recevant le livre Blanc de la Fabrique à Talents, Clotilde Valter a salué le travail effectué par la filière plasturgie et pour sa démarché proactive. Elle a par ailleurs mis l’accent sur l’importance de l’alternance et des nouvelles technologies dans l’enseignement. Enfin, la secrétaire d’Etat a rappelé que le décloisonnement, tant à l’international qu’au sein même des disciplines, constitue un enjeu majeur pour apporter des compétences nouvelles à la filière.

Source : http://plastiques-caoutchoucs.com/Formation-la-Federation-de-la.html
Date : 12 mai 2016
Auteur : Alexandre Couto

Le centre technique de la plasturgie se renforce dans les composites

Le moment était bien choisi. C’est à l’occasion du premier salon mondial dédié aux composites, le JEC World qui s’est tenu du 8 au 10 mars à Paris Nord Villepinte, que l’IPC (Innovation Plasturgie Composite), nouveau centre technique d’innovation destiné aux industriels de la plasturgie et des composites a annoncé son rapprochement avec le CEMCAT, Centre d’études sur les matériaux composites avancés pour les transports, basé à Laval. Le rapprochement sera finalisé en 2017. Orienté vers le développement de procédés pour faciliter la transformation des composites, notamment en effectuant des recherche sur les matériaux à matrice thermoplastique, le CEMCAT a pour objectif d’accompagner les entreprises des secteurs de l’automobile, ferroviaire, aéronautique et de la construction nautique dans leur travaux de recherche et développement. Pour le centre technique IPC, conçu sur la base du PEP-Compositec situé à Bellignat dans l’Ain, ce rapprochement permet de renforcer ses compétences dans le domaine des composites. Pour la filière plasturgie, il s’agit d’un signal fort, qui a le mérite d’estomper un peu plus la frontière entre la transformation des plastiques et celle des composites. Selon Paul Valette, Président d’IPC, "il s’agit d’une première étape qui amorce notre démarche de partenariats pour développer les synergies" entre les deux secteurs. IPC, créée au début de l’année, ambitionne d’être le principal vecteur d’innovation de la filière à l’échelle nationale. Le centre est accessible à tous les industriels du secteur.

Source : http://plastiques-caoutchoucs.com/Le-centre-technique-de-la,3023.html
Date : 11 mars 2016
Auteur : Alexandre Couto